«Plan d’études 21»

La SSS s’engage pour davantage de prévention aquatique et de compétences en matière de sauvetage aquatique.


«Le plan d’études 21», qui est actuellement auprès des cantons pour consultation, comprend entre autre des contenus et des objectifs harmonisés en lien avec la sécurité aquatique et la compétence de savoir nager. Ainsi, le plan d’études correspond exactement aux préoccupations que la Société Suisse de Sauvetage SSS poursuit continuellement depuis sa fondation et qu’elle souhaite réaliser avec les écoles: la prévention d’accidents dans et autour de l’eau. La SSS est prête à soutenir le personnel enseignant dans cette mission.

 

La Suisse, avec son réseau dense de rivières et le lacs, est un véritable château d’eau. Mais, aussi beau qu’il soit, il abrite de nombreux dangers. En Suisse, quelque 47 personnes perdent leur vie en moyenne chaque année. En 2012, 55 noyades étaient à déplorer, dont 4 enfants. En 2013, 43 personnes se sont noyées jusqu’à présent. Chez les enfants, les sauvetages in extrémis sont encore plus fréquents et laissent, la plupart du temps, des séquelles physiques et mentales souvent irréversibles.

Du point de vue de la SSS, il va de soi que tout un chacun devrait disposer de compétences pour adopter un comportement correct dans et autour de l’eau (prévention des accidents aquatiques) et en matière de sauvetage aquatique ; elles offrent la meilleure protection contre les accidents de tout genre. Selon l’étude du jubilé de la SSS, deux tiers des noyades surviennent lors de la pratique de sports aquatiques. Et on peut partir du principe que les victimes savaient nager. 

Un comportement adéquat dans, autour et sur l’eau protège donc des accidents et contribue à éviter le pire (une noyade ou un sauvetage in extrémis avec des séquelles irréversibles). Prendre conscience des dangers et posséder un minimum de savoir-faire en matière de compétences d’auto-sauvetage est donc décisif. Les compétences d’auto-sauvetage font, qu’après une chute dans l’eau, la personne garde son calme, qu’elle soit apte à regagner la surface de l’eau, de s’y maintenir et de regagner ensuite la rive. Le fait de savoir nager joue un rôle décisif – mais pour éviter des accidents aquatiques, ce sont les compétences en matière de prévention et de sauvetage aquatiques qui constituent les facteurs prometteurs.

La SSS est consciente que les surfaces aquatiques adaptées à l’enseignement de la natation sont un bien rare. Reto Abächerli, directeur exécutif de la SSS s’exprime ainsi: «Notre expérience nous a montré que les objectifs importants pour un comportement en toute sécurité dans et autour de l’eau peuvent également être atteints avec les infrastructures actuellement à disposition.» Dans le cadre de son projet « L’eau et moi », la SSS souligne d’ores et déjà cette déclaration. En effet, dans le cadre de ce projet, chaque année, quelque 1000 écoles enfantines sont visitées dans leurs murs et les enfants apprennent le comportement correct à adopter sans être en milieu aquatique.

A beaucoup d’endroits, il faut des solutions créatives. «A travers le plan d’études 21, la SSS souhaite ancrer la prévention des accidents aquatiques et les compétences en matière de sauvetage aquatique», confirme Abächerli. «La SSS veut participer aux réflexions et offrir son aide lors de la réalisation. Nous sommes convaincus que l’engagement futur des communes et des cantons aura des répercussions positives sur la prévention des accidents aquatiques et les compétences en matière de sauvetage aquatique. La SSS prend très au sérieux les craintes du personnel enseignant, des écoles et des communes concernant les questions de coûts, de responsabilité et de sécurité. Nous sommes prêts à offrir notre contribution et notre soutien pour la réalisation des objectifs d‘apprentissage», confirme le directeur exécutif de la SSS.